Facebook Twitter Gplus YouTube E-mail RSS
magnify
formats

Origine des équipements d’arts martiaux – Contre le travail des enfants

Publié le 25 juillet 2015 par Jordy Delage dans Equipements

L’origine discutable de la majorité des vêtements d’arts martiaux

Des arrangements moraux que nous faisons tous face à cette triste vérité


En tant que Budoka, nous pensons tous avoir des valeurs morales supérieures à celles des ‘sports’, nous aimons croire que nous sommes meilleurs. Pensez-vous, en tant que Budoka, être plus concerné que la normale par la condition humaine et les droits de l’homme ? Êtes-vous concerné par l’origine des produits que vous achetez et portez ? Prenez votre Dogi, votre ceinture, et regardez l’étiquette. Pakistan ? Bangladesh ? Chine ? Japon ? Voyons dans quelles conditions sont fabriqués vos équipements.

Travail enfant bangladesh

Enfant au travail dans une usine textile de Dacca au Bangladesh. Source : Zoriah.net



L’idée d’écrire cet article m’est venue après le visionnage de la vidéo ci-dessous. Je suis concerné par ce sujet depuis que j’ai créé BudoExport et Seido. Seido, notre marque, ne propose QUE des produits 100% made in Japan. Quand à BudoExport, l’enseigne propose des produits de diverses marques, avec certains produits fabriqués en Chine, MAIS, absolument AUCUN produit fabriqués au Pakistan, Bangladesh, etc.



Habituellement, nous ne publions que des images et vidéos que nous produisons, mais exceptionnellement dans cet article, nous reprendrons un certain nombre d’éléments extérieurs, tout en vous en indiquant les sources, pour que vous puissiez allez plus loin sur le sujet si vous le souhaitez.


Japon, France, Europe, États-Unis : des lois pour protéger les travailleurs.

En tant que Français ou Européen, vous savez que vous, votre famille et vos enfants sont protégés par des lois. Le temps de travail est contrôlé, le travail des enfants est interdit, et les conditions de travail sont normées. Je ne dis pas que les conditions de travail sont faciles pour tout le monde, mais elles sont beaucoup plus humaines que dans certains pays.

Des prix élevés, trop élevés

Malheureusement oui, les prix sont élevés, trop élevés pour beaucoup d’entre nous. Mais il y a une raison à cela, et cette raison se situe très directement dans le montant de votre salaire et dans votre niveau de vie. Tout est lié, et lorsque vous achetez un produit fabriqué dans un autre pays, vous ne participez que très partiellement à l’économie du pays, et uniquement dans le secteur du service. Lorsque vous achetez « made in France », vous participez à l’économie du pays dans son intégralité, y compris dans le secteur industriel.
Le « tout made in France » n’est bien entendu pas possible, mais dans une certaine mesure, et en particulier lorsque les prix ne sont pas significativement plus élevés, acheter français, c’est soutenir l’économie, soutenir ce grand tout, très complexe, qui influe sur le montant de l’imposition, le montant de votre salaire, la bonne santé des institutions, etc.
Et puis, nous verrons en fin d’article que parfois, les prix ne sont pas si élevés que ça !

L’absence de production de matériel d’arts martiaux

Là est le problème, même si vous voulez vous équiper « made in France », dans le matériel d’arts martiaux, c’est impossible.
Il existe bien une petite production confidentielle d’armes en bois, et quelques couturiers qui produisent des Hakama ou des Dogi légers, mais cela reste de très petites productions.
Faut-il fabriquer en France ? Je ne sais pas, ce serait peut-être une solution, mais acheter japonais par exemple en est une autre.

madeinjapan

Tout est une question d’équilibre

Acheter un produit fabriqué au Japon reste tout à fait viable pour l’économie, et cela tout simplement parce que les échanges entre la France et le Japon restent relativement équilibrés.
Contrairement à la Chine, au Pakistan ou au Bangladesh qui exportent infiniment plus qu’ils n’importent, le Japon importe, lui, beaucoup de produits français.
Un équilibre se fait alors entre ce que les Japonais ne peuvent pas produire et achètent à la France, et ce que la France ne peut pas produire et achète au Japon.
C’est cette réciprocité qui mène à l’équilibre.

Le cas particulier de la Chine

Si, il y a encore 10 ou 20 ans, nous aurions pu mettre la Chine dans la même catégorie que le Pakistan ou le Bangladesh, force est de reconnaitre que les choses ont évolué.
Bien entendu, la situation est loin d’être parfaite, mais les conditions de travail se sont fortement améliorées, ainsi que la qualité des produits fabriqués.
La majorité de la production mondiale du matériel d’arts martiaux se fait aujourd’hui en Chine, pour une qualité qui va de très mauvais à correct, et des prix beaucoup plus abordables pour la plupart des gens.

Lorsqu’on achète « made in China », un rapide contrôle qualité du produit permet de se rendre compte rapidement des conditions de fabrications. Meilleur est le produit, meilleurs sont ses conditions de fabrication.

Alors faut-il acheter en Chine ?

Si l’on en revient à la question de l’équilibre dont je parlais précédemment, la réponse serait plutôt non.
Mais si l’on en revient à des considérations plus pragmatiques, réalistes, la réponse est bien entendu oui.
Si vous n’avez pas les moyens d’acheter du « made in Japan », ou du « made in France », le made in China est une solution viable qui vous apportera un produit de relativement bonne qualité pour un tarif significativement inférieur. (Si le vendeur est honnête, bien entendu).

Pakistan, Bangladesh, Philippines, Sri Lanka : des conditions inhumaines

C’est là que le ton et l’ambiance de cet article changent et s’assombrissent fortement.
Dans ces pays, les conditions de travail sont plus proches de l’esclavage que du travail. Les scandales s’enchainent, et les corps d’adultes et d’enfants s’empilent.
L’effondrement, le 24 avril 2013, d’un complexe textile à Dacca, capitale du Bangladesh qui causa plus de 1,000 morts a remis le sujet à l’ordre du jour pour un temps, juste un temps, bien trop court.
> À lire : cet article édifiant du journal libération : Catastrophe de Dacca : «Les marques sont responsables»

Voir également ce reportage sur les conditions de travail dans l’industrie textile au Bangladesh (France 2, Cash Investigation).



Cette enquête cible plusieurs marques françaises et internationales connues, mais il en est de même pour de nombreuses marques, moins célèbres, mais bien connues de nos lecteurs, de matériel d’arts martiaux.

Au Bangladesh, l’âge légal pour travailler 36h par semaine est de 14 ans, et il est de 18 ans pour des semaines de 60h. Mais la loi n’est que très peu respectée, et il est dans la norme de voir des enfants de 12 ou 13 ans faire des semaines de 70 ou 75h.
Au Pakistan, il a été reporté que des enfants de 4 ou 5 ans tissent la laine et le coton à même le sol.

Le travail manuel, associé à des conditions d’insalubrités difficilement imaginables et particulièrement mauvaises dans la fabrication de matériel d’arts martiaux où les processus de blanchiment du tissu sont extrêmement toxiques, est la cause de malformation, de problèmes de croissances, et inévitablement, d’une espérance de vie qui ne dépasse pas 35 ans dans certains secteurs.

Le travail des enfants dans le monde sur Humanium.org

Impact écologique

Moins choquant, mais également très inquiétant pour l’avenir de notre planète, est l’impact écologique de la production textile notamment dû aux teintures et au blanchiment du coton en ce qui concerne plus particulièrement le matériel d’arts martiaux.
Il existe de nombreuses techniques de blanchiment, plus ou moins dommageable pour l’environnement, mais la plus courante consiste assez simplement à passer le coton dans des bains de dérivés chlorés (de l’eau de javel si vous voulez). Ces produits sont extrêmement dangereux, et toxiques, notamment en raison des vapeurs acides qui sont produites.

Voici ce que le produit utilisé pour le blanchiment des Dogi peut faire au textile lorsqu'il est non dilué.

Voici ce que le produit utilisé pour le blanchiment des Dogi peut faire au textile lorsqu’il est non dilué.

Alors que des pays comme la France ou le Japon ont des normes relativement strictes sur les conditions de travail des employés, assurant la sécurité des travailleurs et la qualité des produits, mais également les conditions de retraitement de ces produits chimiques, ce n’est pas le cas du Pakistan ou du Bangladesh. Je ne l’ai pas vu moi même, mais un collègue du secteur me racontait comment des enfants de 14 ou 15 ans passaient leurs journées à remplir et vider des bains chimiques dans des usines délabrées, sans aucune protection, pas mêmes des gants. (Collègue qui stoppa alors immédiatement toute collaboration avec le Pakistan et s’interdit formellement d’importer des produits fabriqués dans ces conditions).
Ces bains de chlores sont vidés en pleine nature, dans ou à côté de cours d’eau servant également, plus en aval à l’approvisionnement en haut de bidonvilles.
L’impact écologique d’une production incontrôlée de ce type est alors considérable, probablement directement ou indirectement responsable de désastres écologiques et sanitaires.

Des marques/entreprises sans éthique

Tout cela est bien connu des importateurs de produits pakistanais. Je ne peux pas citer de nom, mais je vais vous donner quelques chiffres vous permettant de vous faire votre opinion sur les produits disponibles sur le marché.

– Le cout moyen d’un Judogi (Kimono) en Chine (tarif de gros) est de $40 HT (soit un prix de vente minimum de plus ou moins 100€ TTC)
– Le cout moyen du même Judogi, fabriqué au Pakistan, est d’environ $15 HT (soit un prix de vente minimum de plus ou moins 40€ TTC)
– Le cout minimal d’un Judogi d’entrée de gamme, léger, au Japon est de $70 HT (soit un prix de vente de plus ou moins 140€ TTC)
* tarifs de gros hors cout d’importation

Bref, un Judogi vendu 40€ (soit environ 30€ HT) ne peut pas être originaire de Chine, il ne peut provenir que du Pakistan ou du Bangladesh.

– Un Judogi fabriqué en Chine coute au minimum, avec une marge relativement faible : 80 à 100€.

Notez également que les taux de rétrécissement du tissu de 15% sont typiques des produits fabriqués au Pakistan. Les produits fabriqués en Chine sont aux alentours de 10%, et les produits fabriqués au Japon entre 1% et 6%.

Dogi d'Aikido fabriqué au Pakistan

Dogi d’Aikido fabriqué au Pakistan. Son tarif catalogue au Japon est d’environ 70€, pour un cout de production d’à peine 15€.

Des marges pouvant aller jusqu’à 85%

Alors que les marges moyennes sur le ‘made in Japan’ sont aux alentours de 35 à 45% selon les marques, on trouve certaines marques en Europe qui vont faire des marges de plus de 80% sur des produits fabriqués en Chine ou au Pakistan.
En valeur brute, vous pensez être gagnant, car le produit est moins cher qu’un produit fabriqué au Japon, mais en réalité, vous êtes perdant sur le fond, car vous payez 2 fois le prix que vous devriez payer pour la qualité que vous achetez.

Une ancienne marque maintenant disparue vendait des Hakama d’Aikido présentés comme ‘haut de gamme’, mais fabriqués en Chine et négociés via un exportateur Taiwanai, à environ 130€, en boutique sur Paris.
Ces mêmes Hakama nous ont été proposés (nous avons refusés) par le fabricant Chinois à 24$ pièces, soit environ 20€ à l’époque.
130€ TTC = 105€ HT
Avec un cout d’importation maximal de 5€ par Hakama (par bateau depuis la Chine) le calcul est le suivant :
– Cout total à l’achat : 25€ HT
– Tarif de vente : 105€ HT
– Marge 80€ – Soit un peu plus de 80%.

130€ TTC pour du made in China donc.
Bien, je vous invite à voir le modèle de Hakama d’Aikido « Tetron » chez BudoExport. Le tarif est aux alentours de 105€ HT. Avec le transport et la TVA (si celle-ci est facturée), en envoi express, vous en avez pour environ 140€ TTC.
Bien entendu, vous me direz que vous pouvez trouver un Hakama d’Aikido pour environ 50€. On parle bien entendu là de made in Pakistan, sans aucun doute. Et vous avez raison, il faudrait que le Hakama made in Japan soit 3 fois plus résistant dans le temps pour justifier son prix, ce qui n’est peut-être pas le cas (je pense que si, mais je ne peux pas le garantir à 100%, je n’ai jamais testé de produit fabriqué au Pakistan).

Cela dit… vous pratiquez combien de temps chaque semaine ? 2, 4, 8h ?
Disons 3h par semaine en moyenne. Soit, plus ou moins 2 séances de cinéma à 10€, 20€ chaque semaine, environ… 45 semaines par an ? Soit un budget de pratique de 900€ par an, pour peu que vous considériez l’Aikido comme au moins aussi important que le Cinéma. À vous de voir ! (Il n’y a rien de moralisateur dans ces propos, je ne souhaite que mettre les choses en perspective. Je comprends tout à fait la difficulté pour certains – qui d’ailleurs, ne vont pas au cinéma – d’acheter des équipements relativement cher. Vaut-il mieux acheter du made in Pakistan que rien du tout ? Honnêtement, je ne sais pas.)

Avec de faux labels

Ce n’est pas le sujet de cet article, mais n’oublions pas de préciser que la très grande majorité des marques n’indique pas l’origine des produits sur le catalogue (internet ou papier), et que de nombreux stratagèmes sont utilisés pour laisser croire au client que l’origine du produit est saine. C’est le cas par exemple de la fameuse mention « Qualité Japon » que l’on trouve un peu partout sur les produits signalés comme étant « Importation Asie », et qui peut vouloir dire « Bon made in China », mais aussi « Mauvais made in Pakistan », en fonction de l’honnêteté du vendeur.

Sans parler de ceux qui créent de vrais faux labels qualité, ou changent les étiquettes « made in … » pour « Made in Japan », cela s’est déjà vu (en France, au Japon, partout !).

Et aucun label qualité réel

Soyons très clair, ni le label Aikikai, ni l’agrément IJF, ni AUCUN label de qualité pour les arts martiaux ne garantit l’origine des produits. Il existe du ‘made in Pakistan’ en Judogi IJF, et sous logo Aikikai.
Ces labels n’ont pour objectif que de garantir une norme de qualité intrinsèque, ‘une coupe correcte et une résistance acceptable’, si vous préférez, ni plus ni moins.

Alors que faire

En tant que consommateur, votre seul moyen d’action est le boycott des produits originaires de ces pays.

Mais c’est à vous de faire vos choix. Personnellement, je suis pratiquant d’arts martiaux depuis 15 ans. Ma pratique m’a guidé tout au long de ma vie sur différents chemins, tout en me sensibilisant à certaines valeurs comme les droits de l’homme et l’écologie. Sans aucun jugement de valeur, il est possible que votre pratique ne vous apporte pas cela.

Travaille des enfants au Bangladesh Source : Thestar.com

Shakil Khan, 10 ans, dans une usine textile à Dhaka, Bangladesh
Source : Thestar.com

En revanche, si, comme je l’entends de la bouche d’une grande majorité de Budoka, vous pensez que votre art puise dans des valeurs morales, valeurs dont vous vous réclamez, alors je ne peux que vous inviter à agir en conséquence.



Enfin, je tiens à préciser que cet article n’est pas une critique unilatérale de l’industrie du matériel d’arts martiaux ou de l’industrie textile en général. Il y a des bons et des mauvais, des gens honnêtes et des gens malhonnêtes dans tous les secteurs, et cela ne changera jamais. J’espère simplement que cet article aidera au moins certains d’entre vous à se poser des questions et être plus vigilants lorsque vous faites vos achats. N’oubliez jamais que c’est vous et votre argent qui nous faites vivre, c’est vous qui avaient des moyens de pression sur l’industrie et pas l’inverse !

 

Lien vers la section contre le travail des enfants sur le site de l’UNICEF.



 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on LinkedIn

5 réponses

  1. Eric

    Merci pour cet excellent article !
    Vous dites « ni le label Aikikai, ni l’agrément IJF, ni AUCUN label de qualité pour les arts martiaux ne garantit l’origine des produits. Il existe du ‘made in Pakistan’ en Judogi IJF, et sous logo Aikikai » ensuite « En tant que consommateur, votre seul moyen d’action est le boycott des produits originaires de ces pays »

    Ma question est donc la suivante : est-il possible de savoir systématiquement la provenance réelle du matériel ? est-elle obligatoirement indiquée sur l’emballage par exemple, et ce quel que soit le pays qui vend le matériel ?

    Merci d’avance

  2. Bonjour Eric,

    Merci pour votre commentaire.

    Malheureusement, il n’y a pas de solution viable. La loi prévalant dans chaque pays sur l’étiquetage des produits y est pour beaucoup et donne tristement beaucoup de marge aux fabricants et vendeurs.
    Entre ceux qui ne savent pas et revendent des produits dont ils ne connaissent rien et ceux qui trichent en toute connaissance de cause, il est impossible de démêler le vrai du faux.

    Cela étant dit, la majorité des marques reste honnête et le pays d’origine indiqué sur l’étiquette est vrai.
    Personne ne va utiliser le Pakistan ou la Chine comme argument marketing, de fait, lorsqu’il est indiqué « Made in Pakistan » ou « Made in China », il est peut probable que ce soit un mensonge. Là où il faut se poser des questions, c’est pour le « Made in Japan »…
    Ce qui n’aide pas, c’est l’absence de pays d’origine indiqué sur les étiquettes pour la très large majorité des produits fabriqués au Japon. Sur nos Dogi, Hakama, ceintures, armes, etc., il n’y a jamais d’origine indiquée (nous ajoutons un sticker pour tous les produits Seido, mais il n’y a pas d’étiquette cousu sur le produit).
    Lorsque l’origine indiqué, c’est soit en anglais, soit en Japonais, avec les correspondances suivantes :
    Made in Japan > 日本製
    Fabrication nationale (made in Japan) > 国産
    Made in China > 中国製
    Made in Pakistan > パキスタン製

    Nous travaillons à diverses solutions pour labelliser des produits, mais pour le moment, c’est un peu la jungle et chacun se doit d’être vigilant pour éviter les arnaques.

  3. Eric

    Merci pour cet éclairage ! le combat est loin d’être gagné mais les consciences avancent en tout cas… je connais maintenant un endroit ou m’approvisionner sûrement :-)

    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

© www.budoexport.com - tout droits réservés BudoExport LLC.