Facebook Twitter Gplus YouTube E-mail RSS
magnify
formats

Fabrication de Bokken Japonais – A l’atelier Aramaki Bokuto Mokojo

Publié le 19 mai 2015 par Jordy Delage dans Equipements, Fabricants (marques), Fabrication (artisanat)

Fabrication Artisanale de Bokken, Jo, Tanto, …

A l’atelier Aramaki Bokuto Mokojo


Profitant du calme de l’été, nous avons parcouru la moitié du Japon pour aller à la rencontre des entreprises artisanales reconnues officiellement pour la fabrication d’armes en bois : « Aramaki Budogu Mokojo », « Nidome Bokuto Seisakujo », « Horinouchi Noboru Seisakujo » et Matsuzashi Bokuto Seisakujo. Les quatre dernières entreprises de fabrication d’armes en bois sont toutes situées à « Miyakonojo », petite ville de la péninsule du Kyushu (sud du Japon) cloitrée entre deux petites chaines montagneuses.
Dans cet article, nous vous présenterons l’intégralité des étapes de fabrication d’un Bokken, guidés par un artisan de l’atelier Aramaki Bokuto Mojojo, Dirigé par maitre Aramaki , 3e du nom.



Atelier de fabrication de Bokken Jo Tanto Aramaki


Une heure d’avion jusqu’à la ville de Miyazaki, puis 1h de train à travers les verdoyantes forêts montagneuses du sud de Kyushu et nous arrivons enfin à Miyakonojo. Ce haut lieu de l’artisanat du bois dont nous avons tant entendu parler.
Guidés par le petit flyer dont sont issues les photos des étapes de fabrication ci-dessous, nous sommes partis pour une heure d’explication que nous allons résumer en image !

Histoire de l’atelier Aramaki

Le fondateur, Maitre Aramaki, a commencé le travail du bois dans la fabrication de bokken il y a près de 100 ans, en 1921, quelques années plus tard il créa cet atelier, « Aramaki Budogu Mokojo » (Atelier de fabrication d’équipement d’arts martiaux en bois) qui est aujourd’hui le plus grand des quatre ateliers encore en activité. Une quinzaine d’artisans environ se partagent les étapes de fabrication pour une production de quelques 250 pièces par jour. Ces ateliers ne proposent pas la vente aux particuliers mais traitent cependant directement avec les grandes agences gouvernementales tel que l’armée, l’agence pour la défense, ou encore la police, toutes trois étant de très gros clients en termes de volume. Parmi les quatre derniers ateliers, « Aramaki Budogu Mokojo » est sans aucun doute celui proposant le plus de modèles différents, près d’une centaine, rien que pour les Bokken. Jigen ryu, Itto ryu, Jiki Shinkage Ryu… C’est presque comme si chaque Koryu (écoles anciennes de sabre) avait son modèle. Et lorsqu’un Koryu se scinde en plusieurs branches, alors chaque branche modifie légèrement les caractéristiques de son Bokken pour le rendre « unique ». Résultat, un nombre très impressionnant de modèles existent maintenant. Et ceci sans parler des Jo, Shoto, Tanto, Mokuju (baillonette en bois), Yari (lance), Naginata, Yumi (arc), Nunchaku, Tonfa etc..



Etapes de fabrication d’un Bokken

Il faut tout d’abord se procurer du bois. À l’exception de certains bois exotiques comme l’ébène d’Afrique, le bois est récolté localement (voir partie 2 de l’article) par un spécialiste. Le bois est ensuite acheté en tronc (on ne peut pas savoir si il est altéré ou non), puis il est coupé en tranches par le « seizaisho » trié, et enfin entreposé pour le séchage.



Première étapes fabrication d'un bokken - 1 & 2


1. Le bois, découpé en planches, sèche au soleil pendant environ 1 an. Le séchage se fait naturellement bien qu’il existe des machines pour accélérer le temps de séchage (2 semaines), mais les bois séchés artificiellement seront plus fragiles. Certains ateliers utilisent cependant des machines en fin de processus de séchage naturel (le Kyushu est une région très humide et le bois ne sèchent pas toujours autant qu’il le faudrait).

2. On dessine ensuite des rectangles de bois servant de base à la découpe du Bokken en se servant d’un Bokken comme patron.



Découpage des patrons pour bokken


3. On découpe ces rectangles à la machine de façon plus ou moins grossière.

4. L’épaisseur est ensuite ajustée pour que tous les rectangles aient les mêmes dimensions.



Fabrication bokken - Decoupe forme de la tsuka


5. La forme du Bokken est ensuite taillée, on utilise une machine pour façonner le « Ha » (lame).

6. Puis c’est au tour de la Tsuka (poignée) sur une autre machine. À ce stade on distingue déjà la forme des futurs Bokken.



Les bokken « pré-coupés » sont ensuite stockés comme ci-dessus (photo de gauche) pour qu’ils continuent leur processus de séchage dans des conditions optimales pendant environ 1 mois jusqu’au début du travail final de taille (photo de droite). La conservation en « tour » permet d’éviter un séchage non uniforme qui aurait pour effet de courber les Bokken (la température étant moins élevée au sol qu’en hauteur). Notons qu’il est particulièrement important de stocker ses armes en bois à plat (à vérifier lorsque vous passez dans une boutique acheter vos armes…).


Bokken japonais fabrication taille rabotage poncage


7. C’est à cette étape que le travail de l’artisan commence réellement. Plus d’une vingtaine de rabots aux angles et courbures différents sont utilisés. Le Bokken étant fixé aux deux extrémités pour permettre de raboter dans toutes les directions.

8. Enfin, la finition se fait au papier de verre.


Fabrication Bokken - Laquage


9. Laquage des Bokken lorsque cela est nécessaire (étape facultative).

Pour les Bokken disposant d’une Tsuba (garde) en bois et/ou d’un hi (gorge) d’autres étapes sont bien sûr nécessaires.



A gauche, médaille du ruban jaune, décernée à "ceux qui par leur diligence dans leurs affaires sont devenus des modèles pour le peuple" (généralement destinée aux agriculteurs et artisans), remise par l’empereur.
A droite, la collection personnelle de l’atelier Aramaki, principalement en Sunuke et en Kokutan (ébène).



Les images numérotées de 1 à 9 sont issues d’une documentation fournie par l’association « Miyakonojo Bokuto Seizogyo Kyodo Kumiai » et restent la propriété de cette association.

N’hésitez pas à consulter l’article sur les origines du Bokken et l’interview de maitre Nidome, vous y trouverez une vidéo de quelques minutes retraçant les étapes de fabrication d’un Tanto.



BudoExport Logo Seido Co., Ltd. et son enseigne francophone BudoExport est l’unique entreprise au monde à travailler avec l’ensemble des quatre ateliers traditionnels encore en activité. Notre équipe est composée de pratiquants d’arts martiaux de divers pays et vivant au Japon depuis de nombreuses années, tant pour la pratique martiale que pour la culture et la civilisation japonaise. Nous sommes de véritables passionnées, et nous sommes heureux et fiers de pouvoir vous présenter notre passion.



 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

© www.budoexport.com - tout droits réservés BudoExport LLC.