Facebook Twitter Gplus YouTube E-mail RSS
magnify
formats

33th All Japan Kobudo (2010) – Démonstrations

Publié le 1 mars 2010 par Jordy Delage dans Arts martiaux, Kobudo

Daï 33 Kaï Zen Nihon Kobudo Embu Taïkaï

33th All Japan Kobudô (2010)

Nous avons assisté au 33e « Zen Nihon Kobudô Embu Taïkaï » le 7 février 2010. Ces démonstrations de Kobudo se déroulaient au Nippon Budôkan de 10 h 30 à 15 h et étaient représentées cette année, 35 écoles différentes. Des démonstrations généralement dans la plus grande sobriété, parfois avec quelques petites fantaisies, mais toujours dans un esprit classique et sobre qui caractérise si bien les arts martiaux japonais. Cet article sera également l’occasion de vous présenter ces arts martiaux un à un en relation avec les vidéos proposées.


Présentations des écoles pour chaque vidéo

Cliquez sur les miniatures pour afficher la vidéo sans quitter le blog.

  • Yagyû Shingan Ryû, est un Kobudô qui fusionne les techniques du clan Yagyû et du clan Shingan dont les origines remontent au 11e siècle avec la famille Yagyû (l’origine du clan Shingan est à ce jour inconnue). L’école Yagyû Shingan Ryû Heiho Jutsu de son nom complet ( « shin » = coeur, « gan » = regard, « ryû » = école) a été codifiée par Chiku Eï Ayato pour la forme qu’il conserve encore aujourd’hui. Composée principalement de techniques de jujutsu, elle contient également une grande variété de techniques d’armes tel le jute, le Tessen, le Tansô (lance courte), le Naginata, le Bô, ou encore le Kusarigama. Cette école est réputée pour être une « Otome Ryû », une école secrète dont les techniques étaient réservées aux membres du clan d’une région.
  • Kingaï Ryû Karate, est un style de Karate créé par Matayoshi Shinpô au milieu du 20e siècle. Il est intéressant de noter que « Karate » s’écrit ici avec les kanji ancien signifiant « la main de chine » et non « la main vide » comme cela s’écrit de nos jours. Kingaï est composé de deux caractères, « kin » signifiant « or » (souplesse par extension), et « gaï « qui signifie « dur », ce qui se traduit donc par « école de la souplesse et de la dureté ». Dans ce style, peu de techniques de poing, beaucoup de techniques de « main ouverte » et techniques de pied. Ce style comporte également un grand nombre de kata d’armes, au Bô, à l’Eku, avec Saï, Tonfa, Nunchaku, Kama, mais également Sansetsukon (nunchaku trois branches), Suruchin, etc…
  • Tendô Ryû Naginata Jutsu, « ten », le ciel, et « dô », la voie, est une très ancienne école de Naginata basée essentiellement sur des kata Naginata vs sabre, mais également contre Tantô, Kodachi, Jô, Kusarigama. L’école contient également un certain nombre de kata réalisés au Tachi (sabre long) contre Tachi, Tanto, Kodachi ou Kusarigama.

  • Nodachi Jigen Ryû, signifie littéralement « réalité révélée ». C’est une école de Kenjutsu célèbre pour son utilisation d’armes non taillées (bout de bois?). La philosophie de combat de cette école s’appuie sur « l’attaque parfaite », la première charge doit être la dernière, il n’y a par conséquent pas de long kata. Originaire de Satsuma (Kyushu), les pratiquants de Jigen Ryu étaient particulièrement craints par les forces du Shogun (période Edo). Le style Jigen Ryu est basé également sur la puissance des frappes, d’où l’utilisation d’un Bokken particulièrement lourds et épais.  Vous trouverez une vidéo beaucoup plus complète via ce lien Youtube.
  • Yagyû Shinkage Ryû, (« nouvelle école de l’ombre des Yagyû ») est l’une des écoles de Kenjutsu des plus anciennes (16e siècle) et une des plus connues, que ce soit au Japon ou en dehors. Issu d’une compilation des styles « Shinkage Ryû » et Yagyû Ryû », ce style est notamment le premier à avoir introduit l’utilisation de fukuroshinaï, ces sabres de bambou recouverts de cuir, beaucoup moins dangereux qu’un bokken et permettant donc un entrainement plus appuyé. Les techniques de Kenjutsu enseignées se divisent en trois groupes, le sabre long, le sabre court, et les deux sabres. Cette école se distingue en deux branches principales, la branche principale, et la branche Edo (Tokyo).
  • Shingetsu Muso Yanagi Ryû, date de la fin du 16e siècle et est originaire du Kyushu (sud du Japon). C’est une école complète, Kenjutsu, Jujutsu, Bôjutsu, Shônaginatajutsu (naginata court)…
  • Tennen Rishin Ryu, est une école de Kenjutsu fondée par Kondo Kuranosuke Nagahira à la fin du 18e siècle mais ayant émergée au 19e siècle grâce à Kondo Shusuke. Célèbre notamment pour avoir été pratiquée par de nombreux Shinsengumi (force de police spéciale shogunale). La particularité de cette école est l’utilisation d’un Bokken extrêmement lourd (environ 1.5kg). Des techniques de Bôjutsu et Jûjutsu sont également enseignées.
  • Shindô (shintô) Muso Ryû Jojutsu, est une école de , dans laquelle on trouve également des techniques de sabre. Fondée par le très célèbre samouraï Musô Gonnosuke au début du 17e siècle, après selon la légende, avoir vaincu l’encore plus célèbre Miyamoto Musashi. Le concept fondateur de l’école est la possibilité de vaincre le sabre grâce à un bâton de bois de mi-longueur -1.28m- (entre le Bô, bâton long et le Hanbô, demi-bâton). Gonnosuke aurait mis au point les techniques de l’école à partir de ses grandes connaissances en Kenjutsu, Naginatajutsu, Sôjutsu et Bôjutsu des écoles Tenshin Shoden Katori Shintô Ryû et Kashima Jikishinkage Ryû. Vous trouverez le bokken utilisé dans cette école sur BudoExport.com 😉
  • Kashima Shinden Jiki Shinkage Ryû, est une école de Kenjutsu fondée au 16e siècle issue de la lignée Kage-Ryû > Shinkage Ryû. Très répandue dans tout le Japon, l’école est maintenant très connue. Il est intéressant de noter que Sokaku Takeda, fondateur du Daïto Ryû Aïkijujutsu fut élève dans cette école, même s’il n’obtint jamais le statut d’enseignant. Outre la façon de marcher très caractéristique de l’école, on peut noter l’importance du « souffle » dans la technique et l’utilisation d’un Bokken très lourd. Lors du travail de souffle dans les suburi, des Furibo pouvant aller jusqu’à 50kg sont utilisés.
  • Araki Ryû Kenpô, a été fondé par Araki Mujinsaï au milieu du 16e siècle et se concentre principalement sur les techniques de combat à main nue (kenpô) mais on trouve également une branche de l’école consacrée à la pratique de l’iaïdo ainsi que des techniques au Bô, Kusarigama et quelques autres armes anciennes. La particularité de cette école se situe dans l’absence de système de soke. L’enseignement, autorisé dès lors que le pratiquants possède une licence, a eu pour effet de décentraliser l’enseignement et de multiplier les interprétations des techniques, donnant un grand nombre de variations. Une vidéo particulièrement impressionnante peut être visionnée ici
  • Hôjutsu Yô-ryû Kurodahan Kakae Otsutsu : Démonstration de « tir au canon porté » (style Kuroda – Fukuoka). Cette vidéo est assez impressionnante. En réalité, l’arme est chargée à blanc. Cependant par mesure de sécurité, la tribune située dans la ligne de tir direct avait été évacuée. Ce fut la dernière démonstration de la journée, impressionnante et bruyante, une conclusion historiquement cohérente.

En bonus, deux vidéos de l’école Shindo Munen Ryu Kenjutsu :


Liste des écoles présentes dont nous n’avons pas de vidéos


Ogasawara Ryu : Kyubajutsu (Tir à l’arc à cheval)
Shosho Ryu : Yawara (Taïjutsu)
Kashima Shinto Ryu : Kenjutsu
Okinawa Goju Ryu : Bujutsu
Hyoho Niten Ichi Ryu : Kenjutsu
Takagi Ryu Jujutsu – Kukishin Ryu Bojutsu
Shibukawa Ryu: Jujutsu
Hozoin Ryu Takada ha : Sojutsu
Wado Ryu : Jujutsu Kenpo
Mizoguchi ha Itto Ryu : Kenjutsu
Kanshin Ryu : Iaïjutsu
Enshin Ryu : Iaï Suemono Giri Kenpo
Toda ha Buko Ryu : Naginata Jutsu
Take no Uchi Ryu : Jujutsu
Shojitsu Kenrikata Ichi Ryu : Kenjutsu
Higo Koryu Naginata
Iga Ryuha Katsushin Ryu Jujutsu
Unko Ryu Kenjutsu
Fuden Ryu Sojutsu
Hokushin Itto Ryu Kenjutsu
Sekiguchi Ryu Iaï



Note : Dans cet article, nous utilisons le terme de kobudô pour qualifier les différents arts présentés. Le terme kobudô peut être considéré comme impropre. Kobudô (ancien budô) s’oppose à Shinbudô (nouveau budô) et désigne précisément les budô créés après la disparition des samouraï (Meiji, 19e siècle) et avant la Seconde Guerre mondiale. Les Shinbudô sont les plus récents, créés (ou développés) après la Seconde Guerre mondiale (Judo, Aïkido…).  Or, la plupart des écoles présentées ci-dessus sont bien plus anciennes et puisent leurs origines plusieurs siècles avant la disparition des samouraï. Le terme « koryû » (ancienne voie) serait alors plus approprié. Nous avons choisi ce terme pour deux raisons. Tout d’abord, c’est le nom de cette démonstration… organisée par l’association des kobudô japonais (Nihon Kobudô Kyokaï), dont ces écoles font partie (il n’existe pas « d’association des koryû »). La seconde raison est que les Japonais eux mêmes ne font pas clairement cette distinction. Cette distinction sera cependant faite dans d’autres articles de ce blog, lorsque le contexte s’y prêtera.



Source principale: Livret d’information du 33e All Japan Kobudô
Article rédigé par : Jordy Delage & Eriko Hoshi



 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

© www.budoexport.com - tout droits réservés BudoExport LLC.