Facebook Twitter Gplus YouTube E-mail RSS
magnify
formats

Le Hakama ne sert pas à cacher le mouvement des pieds

Publié le 19 janvier 2017 par Jordy Delage dans Aikido, Arts martiaux, Equipements, Kendo, Kobudo

Le Hakama ne sert pas à cacher le mouvement des pieds

Simple vêtement d’habillement de la noblesse


Le Hakama servirait à cacher le mouvement des pieds dans la pratique des arts martiaux, et dans l’Aikido en particulier ?
C’est une explication si courante qu’elle en est presque devenue une vérité pour la quasi totalité des pratiquants.
Malheureusement, celle-ci est fausse, et cela se démontre très aisément lorsqu’on regarde l’histoire de ce vêtement, la manière dont il était porté par les combattants ainsi que la manière dont il est toujours porté aujourd’hui au Japon.


Reconstitution Ceremonie Samourai

Reconstitution d’une cérémonie de l’époque Kamakura – le Kagamibiraki (2017)



Le Hakama, une affaire de samouraï ?

Le Hakama est vu en occident comme le vêtement du samouraï par excellence. Or, le Hakama est à l’origine un vêtement de cérémonie porté par la noblesse, mais également par le clergé. Dans le Japon d’aujourd’hui encore, le Hakama est bien plus emblématique des cérémonies de mariage, de remise de diplômes, ou de cérémonies religieuses que des samouraïs et à fortiori des pratiquants d’arts martiaux même s’il reste omniprésent notamment dans la pratique du Kendo.
Le Hakama se retrouvant en Chine à une période antérieure à son apparition au Japon, il est fort probable que celui-ci ait été importé au Japon avec le Bouddhisme, faisant de cette tenue un vêtement formel de cérémonie.

Il est vrai que les samouraïs portaient le Hakama. Ce ne fut pas toujours le cas, et il semblerait que l’une de ses premières acceptations dans ce milieu fut un vêtement plus épais ou en cuir porté à cheval pour se protéger des branches et des ronces. C’est d’ailleurs de là que s’expliquent les deux formes de Hakama « Andon » et « Umanori ». Andon reprenant la forme d’une lanterne traditionnelle (donc une coupe en forme de jupe), et Umanori signifiant tout simplement « monter à cheval » (donc une coupe en forme de pantalon).
En effet, si les moines ou les femmes n’avaient pas de raison de monter à cheval, les samouraïs et les nobles, eux, en avaient. Il leur fallait donc un vêtement qui leur permettait d’écarter les jambes, d’où l’origine du Hakama « Umanori ». Cela est difficile à prouver tant on remonte loin dans le temps, mais il est donc fort probable que le Hakama Andon ait précédé la forme Umanori.


Le port du Hakama relativement court est évident dans les Koryu anciens tel le Tatsumi Ryu ci-dessus.


Le sens du Hakama chez les samouraïs

En résumé, le Hakama n’est pas une affaire spécifiquement de samouraï, mais c’était un vêtement couramment utilisé. Passons sur son utilisation à cheval, très éloignée du Hakama que l’on connaît aujourd’hui, pour s’arrêter sur les raisons pour lesquelles les samouraïs portaient un Hakama en tissu.
Il s’agissait en réalité d’une tenue formelle. Le Hakama se porte avec un Kimono traditionnel dont l’ensemble forme le « Kamishimo » et démontre plus le rang social que le statut de guerrier. La tenue était en effet portée par la plupart de la noblesse ainsi que par les riches commerçants.

Il existait également d’autres types de Hakama portés en fonction des cérémonies et notamment un Hakama très long, le « Nagabakama », entravant fortement les déplacements. Compte tenu de la culture samouraï de l’époque, il est très probable que dans la société guerrière de l’époque, la demande du port de ce type de Hakama par certains seigneurs ou Shogun à leurs visiteurs/Samouraïs avait pour but de les empêcher de se déplacer (et donc d’attaquer) facilement par mesure de précaution.

Reconstitution Ceremonie Samourai

Hakama porté sous l’armure par un homme à droite, et porté court par une femme qui ne porte pas l’armure à gauche.


En ce qui concerne le port au quotidien, il faut distinguer deux types de situations :
– Celle que l’on voit très souvent dans les films de samouraï, mettant souvent en scène un Rōnin (samouraï sans maître), des attaques imprévues ou des duels. Dans ce cas, le samouraï est souvent dans ses habits du quotidien et il va alors nouer les jambes de son Hakama ainsi que les manches de son Kimono pour faciliter ses mouvements.
– Puis il y a la guerre. Les gradés qui ne se retrouvent pas au front pourront éventuellement porter le Hakama, mais la très large majorité des samouraïs sont en armure et le Hakama n’a alors plus de sens.


Ici un combat au Bokken dans l’un des plus beaux films de samouraï en couleur, Ame Agaru. Vous noterez que le Hakama est porté court par les deux protagonistes et est remonté.


Technique du port du Hakama – Montrer ses pieds

Sur les estampes d’époque, mais également via les traditions conservées dans certaines écoles de combats, on remarque très clairement que le Hakama remonte au-dessus de la cheville d’une part, et qu’il sera parfois attaché lors des combats d’autre part. Il devient alors très difficile de justifier le fait qu’un Hakama sert à cacher le mouvement des pieds. Cacheriez-vous vos pieds au risque de compliquer vos déplacements, de perdre, et donc de mourir ? Montreriez-vous vos pieds lors de combats en duel avec témoins pour les cacher ensuite à l’entrainement au dojo ? Voici qui est fort peu probable.



Estampe d'époque, le Hakama est porté court

Dessin d’époque, le Hakama est porté court (en bas à droite)



Il n’est pas impossible que certains samouraïs aient porté le Hakama long pour cette raison, pour ne pas dévoiler leurs techniques. Si ce fut le cas, il fallait qu’ils soient certains que cela ne présenterait pas un fort désavantage en terme de liberté de mouvement, et cela suppose qu’ils disposaient d’une technique « secrète » à ne pas dévoiler. Or, la très grande majorité des samouraïs n’était pas très douée au combat, ils faisaient partie de la caste des nobles et géraient principalement des affaires administratives ou de la stratégie militaire (à l’époque d’Edo, ils représentaient jusqu’à 7% de la population, ce qui est considérable).



Estampe d'époque, le Hakama est porté court

Estampe d’époque, le Hakama est porté court


Qu’en est-il de nos jours ? Cache-t-on les déplacements ?

Masquer ses déplacements à ses élèves étant là pour apprendre, ou masquer ses déplacements à son enseignant étant là pour nous corriger serait un drôle de choix, non ?

Il y a certes un côté esthétique à porter le Hakama relativement long, et c’est devenu une mode, notamment dans la pratique de l’Aikido, que ce soit au Japon ou en occident d’ailleurs. Mais c’est une mode, pas une tradition faisant historiquement sens.


Sur cette vidéo, Tada Shihan porte le Hakama relativement court, puis il va le coincer dans sa ceinture à 1:10 environ pour faciliter ses mouvements et pour que l’on voie clairement ce qu’il démontre.
Quel est l’interêt d’avoir un Hakama long pour l’esthétique si c’est pour le remonter spécialement lors des démonstrations ?

Bien entendu, il ne s’agit pas de vous conseiller de porter le Hakama court. C’est un choix personnel, l’affaire de chacun. Cependant, si vous faites ce choix, faites le en connaissance de cause et non pas basé sur des fausses croyances.
Bonne pratique à tous !



Pour aller plus loin: Pourquoi les Yudansha portent-ils le Hakama ? par Guillaume Erard. Excellent article sur le sens du Hakama dans la pratique des arts martiaux.



 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on LinkedIn

2 réponses

  1. Hoang Pham

    Ici un combat au Bokken dans l’un des plus beau film de samurai en couleur, Ame Agaru. Vous noterez que le Hakama est porté court par les deux protagoniste et est remonté.

    Il manque la vidéo. Je suppose qu’il s’agit de cette scène ?

  2. Merci !
    Problème de version, c’est corrigé.
    Il s’agit bien de cette scène, avec une vidéo un peu plus claire cela dit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

© www.budoexport.com - tout droits réservés BudoExport LLC.