Facebook Twitter Gplus YouTube E-mail RSS
magnify
formats

AikiJinja Taisai 2010 – Démonstrations Doshu Moriteru Ueshiba

Publié le 30 avril 2010 par Jordy Delage dans Aikido, Arts martiaux

Aïki-Jinja Taïsai – Iwama, le 29 avril 2010

Festival au sanctuaire de l’aïkido

Comme chaque année, notre équipe s’est rendue à cette célébration annuelle. Ce « festival » a été créé en l’honneur de Morihei Ueshiba, fondateur de l’aïkido, décédé le 26 avril 1969, et de son fils, le premier Doshu Kisshomaru Ueshiba, décédé le 4 janvier 1999. Il s’y tient une cérémonie shintoïste en mémoire des doshu disparu puis s’y tient une démonstration, directement sur les tatami du temple ».


Statue de Morihei Ueshiba AïkiJinja Taïsaï 2010

Statue de Morihei Ueshiba à l'Aïki-Jinja

 AïkiJinja Taïsaï 2010

Chemin d'accès au dojo.


Le Shinobukaï


Chaque année, deux évènements ont lieu pour l’anniversaire de la mort d’ O’senseï. Le premier nommé « Shinobukaï« , se déroule au Honbu dojo lui-même, dans le dojo du 3e étage le 26 avril, jour exact de la mort du fondateur. Le shinobukaï est une cérémonie de commémoration « privée » qui se déroule généralement le jour anniversaire de la mort d’une personne, sans codification particulière. C’est l’occasion pour les personnes ayant connu le fondateur de dire quelques mots à son sujet. Le doshû actuel, Moriteru Ueshiba fait un petit discours, et des vidéos d’O’Senseï sont diffusées sur grand écran. Suite à cette première partie assez formelle, le saké (nihonshû) est offert aux personnes présentes. Commence alors un temps plus festif ou les participants discutent, d’eux mêmes, d’aïkido, du fondateur…


 AïkiJinja Taïsaï 2010

Discours du Doshu lors du Shinobukaï 2010 – Au 3ème étage du Hombu Dojo


L’Aikijinja Taisai


Le second événement, et de loin le plus important se déroule le 29 avril, au sanctuaire de l’aïkido à Iwama, l’Aïki-Jinja Taïsai (festival). Il s’agit d’une sorte de « festival de l’aïkido », en étroite relation avec la religion shintô, le sanctuaire de l’aïkido (Aïki-Jinja) et le dojo principal du fondateur à Iwama.


 AïkiJinja Torii

Aïki-Jinja – Tori & Honden


L’Aïki-Jinja est un sanctuaire shinto situé à Iwama, construit par Morihei Ueshiba lui-même, et accueillant selon ce dernier « l’esprit de l’aïkido ». Lorsqu’on approche du sanctuaire, après un quart d’heure de marche depuis la station de train, on aperçoit d’abord une grande pierre gravée, puis un grand « Tori » (portail), symbolisant l’entrée sur un territoire sacré shinto et enfin l’Aïki-Jinja lui-même. Petit bâtiment de bois composé de deux parties, le honden premier bâtiment, où se déroule la cérémonie religieuse et la démonstration du doshu, puis l’okuden la zone la plus sacrée, non accessible, se trouvant derrière le honden.


 AïkiJinja Torii

Les invités d’honneurs


La cérémonie religieuse débute à onze heures précises et commence par des prières et un recueillement en hommage au fondateur et à son fils Kisshomaru Ueshiba. De nombreuses personnalités telles que le président de la fédération nationale japonaise, l’adjoint au maire de Tanabe (ville de naissance du fondateur), Tada senseï, ou encore le leader actuel de la « secte » OmotoKyo étaient présentes. Une fois ce temps de recueillement terminé, le doshu exécute une courte démonstration. Cette année, le doshu étant blessé aux genoux, c’est son fils, Mitsuteru Ueshiba, pour qui la démonstration dans le sanctuaire était une première, qui réalisa la première partie en suwariwaza.

A proximité du sanctuaire se trouve le fameux dojo d’Iwama, cet endroit, magique pour les aïkidoka, où, O’sensei a passé une longue période de sa vie à s’entrainer. Magnifique, tout en bois, de conception traditionnelle, une certaine émotion envahit tout aïkidoka voyant ce dojo pour la première fois. On peut admirer un splendide kamiza en bois, beaucoup plus abouti que celui du honbu dojo, ou encore les armes qu’ O’sensei utilisait à la fin de sa vie.

 AïkiJinja Torii

Les dernières armes d'O'senseï – On ne touche pas !


Après la démonstration, c’est donc à proximité immédiate du dojo que nous nous installons pour le déjeuner, composé d’un « bento » ainsi qu’un verre de saké (nihonshu), offert par l’aïkikaï. Ce picnic est encore un moment privilégié ou différents groupes se forment, parfois autour d’un enseignant, parfois simplement quelques amis, ou quelques aïkidoka étrangers en vacances. C’est avant tout un moment de plaisir que l’on partage avec les pratiquants qui nous sont proches, mais c’est aussi et encore l’occasion de discuter un peu avec les enseignants et de prendre quelques photos souvenir devant le dojo.


 AïkiJinja Torii

Le dojo d’Iwama.


Il faut noter qu’à la mort d’O’senseï, la garde de l’Aïki-Jinja et du dojo avait été confiée à Saïto senseï mais à la mort de Saïto, l’aïkikai décida de récupérer le dojo plutôt que de le laisser au fils et successeur de Saïto. Saïto fils enseigne maintenant dans un autre dojo à proximité immédiate du sanctuaire, et, contrairement à ce qui était d’usage lorsque son père était encore en vie, il ne participe pas à cet événement. Je me garderais bien de commenter cet aspect des choses dont beaucoup d’éléments nous échappent, mais je tenais à consacrer quelques lignes à la relation entre Saïto senseï et l’Aïki-Jinja.


* Il y avait beaucoup de vent lors de la démonstration, et de fait, cela s’entend sur les vidéos. Cependant, pour conserver l’aspect authentique et notamment le bruit des chutes, nous avons décidé de ne pas remplacer le son par de la musique.



Rédaction : Jordy Delage.
Vidéos : Eriko Hoshi.


 
 Share on Facebook Share on Twitter Share on LinkedIn

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

© www.budoexport.com - tout droits réservés BudoExport LLC.