Facebook Twitter Gplus YouTube E-mail RSS
magnify
formats

Aikido Yoshinkan – Démonstration Police de Tokyo

Publié le 14 juillet 2010 par Jordy Delage dans Aikido, Arts martiaux

Démonstration/Compétition d’Aïkido Yoshinkan par les forces de police de la région du Kanto

Faisant suite à une passionnante expérience au côté de pratiquants d’aïkido Yoshinkan dans un dojo de la police de Tokyo, nous avons accepté une invitation à la grande démonstration/compétition d’aïkido Yoshinkan de la police du Kanto (région de Tokyo), le mardi 22 juin 2010 au « Jutsuka center », centre d’entrainement des forces anti-terroristes japonaises situées à Shin-Kiba (Tokyo)

Pour entrer dans ces locaux sécurisés, il faut montrer patte blanche. Nous avons donc communiqué le nom du commissaire nous ayant invité, puis après vérification, nous avons eu accès au bâtiment principal. Le « Jutsuka center » se compose de plusieurs bâtiments, les deux auxquels nous avons pu avoir accès sont des centres d’entrainement aux arts martiaux ou aux combats en général. Particulièrement bien équipés en matériel d’entrainement, il s’y pratique des arts aussi divers que le Taihojutsu, le Kendo (très représenté dans la police japonaise), le judo, le karate, l’aïkido, le kenjutsu, etc. Dans la partie à laquelle nous ne pouvions avoir accès se trouve divers bâtiments administratifs ainsi le centre d’entrainement au tir et à la manipulation d’explosifs. Quoi qu’il en soit, nous voici au 4e étage du bâtiment principal. Le 3e étage abrite une grande salle de sport équipée d’un parquet, et de tatamis amovibles (pour permettre tout type de pratique). Le 4e étage donne accès à des gradins ayant vu sur le 3e étage, c’est là que nous allons nous installer.

Jutsuka Center - Centre d'entrainement Police  anti-terroriste  (Shinkiba)

Jutsuka Center – Centre d’entrainement Police anti-terroriste (Shinkiba)

Grand Dojo du Jutsuka Center

Grand Dojo du Jutsuka Center

Étaient représentés, 25 des 94 commissariats principaux de la région du Kanto pour un total d’environ 300 participants répartis entre le « Shidoin no bu », le « Jiyuu no bu », le « Kihon no bu » et le « Dantai Enbu ».

Shidoin no bu : Reservé aux enseignants.
Jiyû no bu : Techniques libres, niveau intermédiaire.
Kihon no bu : Techniques de base (enchainement codifié), niveau débutant à intermédiaire.
Dantaï Enbu : Démonstrations de groupes, niveau débutant à intermédiaire.

Excepté dans le style « Shodokan », en Aikido, il n’existe pas de compétition opposant deux adversaires. Cette compétition est une compétition de « kata » (forme). Chaque pratiquant a un temps limité pour réaliser son enchainement ou son travail libre avec l’aide de son partenaire. Une fois la limite de temps atteinte, une sonnerie retentit, et les rôles s’inversent. Les pratiquants sont jugés sur la qualité « visuel » de leur travail.

Groupe d'Aikidoka Yoshinkan de la police de  Tokyo

Groupe d'Aikidoka Yoshinkan de la police de Tokyo

90% des pratiquants aïkido Yoshinkan de la police de Tokyo sont des femmes, les hommes étant généralement orientés vers le Kendo, le Judo, et le Taihojutsu. Il faut bien comprendre que le niveau moyen n’est pas aussi élevé qu’on pourrait s’y attendre, les policiers ne pratiquent pas dans le but d’utiliser leurs connaissances en situation réelle. En effet, le taux de criminalité extrêmement faible du Japon, ainsi que les réactions relativement peu violentes des interpelés rendent la maitrise d’un art martial assez peu nécessaire. Et si l’on trouve autant de pratiquants dans la police, c’est en majeure partie pour des raisons culturelles (le choix d’un art martial est « quasi » obligatoire). Tous les commissariats sont d’ailleurs équipés de dojo, souvent de bonne qualité, et les différentes fédérations d’arts martiaux japonais sont souvent très proches de la police.

Démonstration Kimura Shihan

A notre arrivée, 9h30 tapante, la compétition avait déjà commencé et les qualifications pour le « Shidoin Enbu » étaient terminées. Débutaient à ce moment-là les qualifications pour le Dantai Enbu. S’en suivit les qualifications pour le « Kihon no bu » et le « Jiyuu no bu », puis les demi-finales de chaque groupe. Avant le début des tant attendues finales, l’un des principaux Shihan du groupe Yoshinkan du Tokyo MPD, Kimura Shihan réalisa une courte démonstration (vidéo ci-dessus). Malheureusement, travail oblige, la plupart des pratiquants avaient déjà regagné leurs commissariats et reprit du service. Il ne restait plus qu’une centaine de personnes dans tout le dojo. Cette dernière phase fut rapide, mais intense (vidéo ci-dessous).

1ère demi finale et finale « Shidoin no bu »

Arai Sensei Juge Aikido Yoshinkan

Arai Sensei – 5e Dan – Ochiai Dojo

Inoue Sensei

Inoue Sensei

Pour conclure, il est important de préciser que le groupe (fédération) d’aïkido Yoshinkan de la police japonaise est une entité séparée du groupe Yoshinkan « civile ». Bien qu’il y ait un certain nombre d’échanges entre ces deux groupes et que la plupart des enseignants de la police soient issus du groupe civile, les différences sont notables. Entre autre, l’impossibilité pour les civiles, y compris pratiquants du Yoshinkan, d’assister à cette compétition.



Pipo-kun - Mascotte de la police japonaise

A lire en complément : l’article de Guillaume Erard sur « notre » incursion dans un cours d’aikido yoshinkan du commissariat d’Ebara.

Rédaction, Photo & Vidéo : Jordy Delage
La diffusion de ces vidéos nous a été autorisée par la police japonaise.
Toute reproduction même partielle de cet article est interdite. Tous droits réservés budoexport.com & guillaumeerard.com




 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

© www.budoexport.com - tout droits réservés BudoExport LLC.